Survivre à la chaleur du Texas

C'était une journée habituelle de fin août dans le centre du Texas. Cet été particulier était célèbre pour avoir 100 jours de températures de plus de 100 degrés d'affilée. J'ai travaillé le quart de patrouille du soir - 15h-1h. Dès que je suis sorti, j'ai commencé à transpirer. Hors de la douche, je pèse environ 175 livres. Dans mon uniforme de patrouille, je pousse environ 210. Les trucs habituels de flic, ceinture de service avec tous les outils, gilet pare-balles (j'ai toujours porté le mien quoi qu'il arrive), bottes, chapeau, etc.

Ce jour-là, je travaillais dans une section rurale de notre district. Il y a une grande autoroute qui la traverse et c'était une section de route non divisée. Habituellement, quand il y avait des épaves, elles étaient mauvaises. Peu de temps après le début de mon quart de travail, j'ai répondu à une collision avec blessure au milieu de cette autoroute. Quelqu'un avait dérivé au-dessus de la ligne médiane et est entré en collision frontale avec un autre véhicule, tous deux se déplaçant à une vitesse supérieure à la limite de vitesse, qui était de 55 pouces. Les débris bloquaient les voies centrales dans les deux sens, faisant de la scène un gâchis. La circulation a été bloquée sur des kilomètres alors que nous essayions de faire en sorte que tout le monde soit pris en charge et que la route soit dégagée. Une autre unité s'est chargée de la paperasse de l'accident - j'ai pris un poste de direction de la circulation. Nous détournions les gens vers le bas pour pouvoir faire bouger les choses. Je ne suis pas du tout un cow-boy, mais j'ai gardé un chapeau de paille dans ma voiture quand il pleuvait ou quand il faisait très chaud comme ça. J'avais besoin d'ombre sur mon cou et une forte sueur venait de tremper ma casquette.

L'épave a mis du temps à se dégager, je suppose environ une heure ou deux. Au fur et à mesure que les gens passaient, nous avions l'habituel col en caoutchouc. Vers la fin, quelqu'un m'a tendu une bouteille d'eau. Je les ai remerciés abondamment et l'ai bu d'une seule gorgée. Je pouvais sentir à quel point j'étais trempé – il y avait un flot constant de sueur qui coulait dans mon dos sous mon armure et s'accumulait à ma ceinture. Mes cheveux avaient l'impression que je venais de sortir de la piscine et j'étais reconnaissant pour le peu d'ombre que j'avais sous mon chapeau. L'uniforme en polyester avait fière allure mais ne faisait rien pour la gestion de la chaleur - pas que cela aurait eu de l'importance étant donné que le gilet pare-balles vous donnait de toute façon l'impression d'être dans un four. Mes pieds étaient en feu à force d'être debout sur le trottoir et mes avant-bras recevaient un beau coup de soleil.

J'ai commencé à avoir des vertiges et je savais que j'étais déshydraté. J'avais depuis longtemps tué le Nalgene de 32 onces que j'avais dans la voiture quand j'ai finalement reçu l'appel que nous ouvrions la route. J'avais laissé ma voiture en marche avec la climatisation allumée - une pratique assez courante. La dernière chose que vous vouliez faire était de monter dans une voiture à plus de 140 degrés après avoir été exposé au soleil. Malheureusement, j'étais une recrue et j'avais une vieille, vieille voiture. Quand je suis entré, j'ai vu que le voyant de contrôle du moteur était allumé et que la climatisation soufflait à chaud. Pas bon. J'ai essayé de le mettre dans le lecteur et il est mort. Plus pas bon. J'ai tout tué et j'ai recommencé. Il a toussé et le tableau de bord s'est illuminé comme un sapin de Noël. J'ai appuyé sur le gaz et il sifflait à peine sur la crête de la colline sur laquelle je me trouvais. Heureusement, j'ai pris de la vitesse (et du flux d'air) en descendant la colline et j'ai atteint le sommet de la suivante. Je savais qu'il y avait un dépanneur devant moi et si je pouvais y arriver, je pourrais me cacher dans la climatisation pendant un moment jusqu'à ce que mon appareil se refroidisse suffisamment pour mettre quelque chose dans le radiateur.

Je l'ai fait entrer dans la gare en boitant et il est mort juste au moment où j'entrais dans le parking. Je l'ai côtoyé dans deux places de parking - je pensais que je me plaindrais mais j'avais dépassé le point de m'en soucier. Je me suis marqué hors service et j'ai erré à l'intérieur. J'ai fait la première chose à laquelle je pouvais penser. J'ai marché jusqu'aux glacières et j'y ai enfoncé la tête aussi loin que possible. Après environ 5 minutes, j'ai commencé à frissonner et je me suis retiré. J'ai attrapé un gallon d'eau et j'ai essayé de me calmer en le déposant. Après en avoir bu un quart, j'ai commencé à me sentir un peu mieux.

Je m'aperçus dans le reflet de la porte. Mon uniforme était complètement trempé partout sauf là où se trouvait mon gilet pare-balles. Les bras de l'épaule au coude, le quart inférieur de ma chemise sous mon bord d'armure, mon pantalon, mes chaussettes. J'ai retiré mon armure de ma poitrine et l'air froid qui entrait à l'intérieur m'a fait frissonner à nouveau - Dieu merci pour les chemises sous-armure et les caleçons qui ont au moins empêché la rivière de sueur de s'accumuler et de me frotter la peau à mort.

Mon meilleur souvenir de cette expérience, c'est quand je suis allé payer au comptoir. L'employé d'âge moyen m'a regardé et a ri. « L'eau est sur la maison, mon ami. Prends-en une autre si tu en as besoin. Je l'ai remercié et j'ai essayé de ne pas trop couler sur son sol.

Aaron Marco est tireur pour la Team Mega Arms en 2015.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.